Méditation sur l’Evangile du Jour :Laisse-moi toucher la frange de ton manteau et je serai sauvé-service Regnum christi

Méditation sur l’Evangile du Jour

Laisse-moi toucher la frange de ton manteau et je serai sauvé !
Cette méditation est disponible au format audio: Ecouter en ligne.
Lundi 06 février 2017
Saint Paul Miki et ses compagnons, martyrs

Evangile selon St Marc chapitre 6, 53-56

Après la traversée, abordant à Génésareth, ils accostèrent. Ils sortirent de la barque, et aussitôt les gens reconnurent Jésus : ils parcoururent toute la région, et se mirent à apporter les malades sur des brancards là où l’on apprenait que Jésus se trouvait. Et dans tous les endroits où il se rendait, dans les villages, les villes ou les campagnes, on déposait les infirmes sur les places. Ils le suppliaient de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau. Et tous ceux qui la touchèrent étaient sauvés.
Prière d’introduction

Ne permets pas, Seigneur, que je me sépare de toi. Je veux te connaître davantage, Seigneur, durant cette méditation pour mieux t’aimer et t’imiter. Augmente en moi la foi.
Demande

Seigneur Jésus, laisse-moi toucher la frange de ton manteau et je serai sauvé !
Points de réflexion

1. « Et aussitôt les gens reconnurent Jésus ».
À l’époque, il n’y avait pas les moyens de communication d’aujourd’hui. Jésus n’avait ni téléphone portable, ni Google agenda, ni Facebook, ni Instagram, ni Snapchat et pourtant les gens l’ont reconnu aussitôt. Comment pouvaient-ils donc le reconnaître s’ils ne l’avaient jamais vu ? Parce que le saint, l’homme qui se donne sans rien chercher en retour n’a pas besoin de followers ou de likes pour être reconnu. Jésus-Christ déplaçait des milliers de personnes sans dépenser un seul denier, sans aucune campagne publicitaire. Il se donnait totalement comme le curé d’Ars ou sainte Mère Teresa. Il guérissait tous les malades. Et les gens parcouraient des kilomètres pour chercher le Seigneur. Ils ne l’avaient certes jamais vu mais pourtant l’évangéliste nous précise qu’« aussitôt les gens reconnurent Jésus ».
Je ne t’ai jamais vu, Seigneur, mais je sais par la foi que tu es réellement présent dans l’Eucharistie. De nombreux miracles eucharistiques me le confirment et tant de témoignages me l’attestent avec force, alors pourquoi ne pas te reconnaître aussitôt comme ces gens de Génésareth lorsque je m’approche de ta présence réelle dans l’Eucharistie ? Seigneur, augmente ma foi ! Même si je ne t’ai jamais vu en chair et en os, je veux te reconnaître aussitôt dans l’Eucharistie et ne jamais me séparer de toi !

2. « Et tous ceux qui le touchèrent étaient sauvés ».
Les gens amenaient les malades sur les places publiques et ils suppliaient le Christ « de leur laisser toucher ne serait-ce que la frange de son manteau ». Chaque jour nous pouvons non seulement toucher la frange du manteau du Christ mais surtout communier à son Corps et son Sang. Nous sommes vraiment très gâtés. Et comme l’affirmait le curé d’Ars : « Sans la divine Eucharistie, il n’y aurait point de bonheur en ce monde, la vie ne serait pas supportable. Quand nous recevons la sainte communion, nous recevons notre joie, notre bonheur ». Comment le chrétien peut-il être triste alors que chaque dimanche il reçoit notre Seigneur en personne dans son cœur ?
L’on peut se poser aussi une autre question : est-ce que j’essaie d’approcher de l’Eucharistie mes amis athées ou non pratiquants en imitant ces personnes de Génésareth qui apportaient « les malades sur des brancards là où l’on apprenait que Jésus se trouvait » ? Parfois nous pouvons avoir honte de notre foi mais ne serait-ce donc pas plutôt de notre peu de foi dont nous avons peur de témoigner ?
Seigneur, je sais parfaitement où tu te trouves. Tu m’attends dans l’Eucharistie chaque dimanche et dans la solitude de ton tabernacle. Laisse-moi toucher la frange de ton manteau !
Dialogue avec le Christ

Ô Jésus, augmente en moi la foi. Certes je n’ai jamais vu ton visage mais mon cœur est inquiet et désire plus que jamais reposer en ton amour ! Je te reconnais aussitôt dans l’humilité et la petitesse de ton Eucharistie. Augmente en moi la foi pour que je puisse chaque jour t’imiter davantage et attirer mon prochain à ta présence, source de salut et de joie. Ô Seigneur, ne permets pas que je me sépare de toi !
Résolution

Cette semaine, aller communier avec un grand désir de connaître davantage le Christ pour mieux l’aimer et l’imiter.

Frère Corentin Jarry, LC
Contacter l’auteur
Gérer mon abonnement
Méditations: Regnum Christi – Tous droits réservés.
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: copyright
AELF
– Paris – Tous droits réservés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s